Skip to main content

GT6 – Compatibilité électromagnétique

Domaines scientifiques

L’axe principal de la CEM est aujourd’hui constitué par la recherche de techniques de simulations numériques, notamment pour prédire l’amplitude de parasites ou évaluer des niveaux de pollution. Les études CEM peuvent alors investir trois couches physiques :

  • La première intitulée « grands systèmes » considère l’interaction des ondes électromagnétiques avec des réseaux complexes de câbles couvrant de grandes dimensions.
  • La seconde « macroscopique » regarde l’interaction avec les circuits imprimés qui communiquent avec les câbles et les fonctions électroniques.
  • La troisième « microscopique », à ce jour peu explorée, traite des effets agissant directement sur la matière active d’un composant semi-conducteur ou encore des effets des champs électromagnétiques sur les systèmes vivants (à l’échelle cellulaire). C’est une évolution majeure du périmètre classique de la CEM qui ouvre de grandes perspectives de recherche. Outre les aspects purement électromagnétiques la CEM requiert également des ressources en science des matériaux afin de réaliser des blindages efficaces ou des capteurs de champ électromagnétique peu perturbateurs.
Domaines d’activités

Les utilisateurs de fonctions électroniques ou les producteurs d’énergie électrique sont régulièrement confrontés aux effets électromagnétiques. Les industries des transports sont également très concernées par des phénomènes de couplage parasite pouvant menacer la sécurité ou le confort des usagers. Tel est l’exemple des aéronefs qu’il faut protéger contre les courants électriques intenses provenant de la foudre ou des champs forts provenant des faisceaux radars. Les automobiles utilisatrices de fonctions électroniques sont, elles aussi, menacées par les champs de proximité produits par les téléphones portables ou les puissants émetteurs de radiodiffusion. La protection des installations militaires contre des actions électromagnétiques intentionnelles constitue une autre application importante de la CEM. Concernant l’interaction avec les systèmes vivants, de nouveaux partenariats entre laboratoires et industriels commencent à se tisser (opérateurs de téléphonie, gestionnaires de réseaux d’énergie …). On voit apparaître cette thématique dans les congrès CEM.

Compétences rassemblées

Les laboratoires académiques ainsi que les entreprises adhérentes au GT6 consacré à la CEM possèdent divers champs de compétences :

  • Mise en oeuvre de simulateurs numériques pour le calcul de contraintes électromagnétiques
  • Analyse physique des couplages sur câbles et dans les cavités métalliques
  • Recherche de nouvelles techniques de mesures et d’essais
  • Analyse de la pollution produite par les convertisseurs d’énergie
  • Etude de filtres et blindages
  • Participation à des groupes de normalisation
  • Formations en entreprises, expertises

Certaines de ces activités sont d’ailleurs en étroite relation avec d’autres groupes thématiques du GDR Ondes.

Animateurs