fiche bilan : Capteurs Magnétiques & Électromagnétiques (EM) et Applications

Intitulé de l’événement : Capteurs Magnétiques & Électromagnétiques (EM) et Applications Dates : 31/05 – 01/06 2018
Lieu : G2Elab/UMR CNRS 5269, Grenoble
GTs impliqués : GT3 Partenariat hors GDR : G2Elab/UMR CNRS 5269, Grenoble et LGO/IUEM UMR CNRS 6538/UBO Brest
Mots clefs : capteurs magnétiques et électromagnétiques (EM), phénomènes physiques et technologies émergentes des capteurs de demain, électronique de spin, spintronique, magnonique, dispositifs, réseaux de capteurs, capteurs intelligents et communicants, applications, imagerie magnétique haute résolution, RMN, CND, magnétométrie à grande résolution et haute sensibilité, géophysique
# de participants : 44 # de posters : 11 # de présentations orales : 15
Bref descriptif de l’évènement :
La manifestation a été hébergée, co-organisée et cofinancée par le laboratoire G2Elab/UMR 5269 CNRS/Université Grenoble Alpes avec le concours et le cofinancement du laboratoire LGO/UMR CNRS 6538 de l’Institut Universitaire Européen de la Mer (IUEM) de l’UBO à Brest. Elle a eu lieu au site GreEn-ER du G2Elab à Grenoble. Les (JTs) ont été préparées en accord avec le budget alloué (GDR Ondes, G2Elab, LGO/IUEM) et se sont très bien passées. Compte-tenu du cadre exceptionnel et très agréable de Grenoble, on a réussi à organiser un beau « workshop » dans un domaine de pointe et en plein essor. Selon un sondage partiel, elles ont été appréciées dans tous les aspects de leur déroulement (niveau et étendue scientifique, accueil sur place, encadrement organisationnel, etc.). En particulier, on note un accueil très sympathique et professionnel apporté aux (JTs) par le G2Elab et par le Comité d’organisation des (JTs).
Bref bilan scientifique – grandes tendances :
Les thématiques abordées concernaient les problématiques de recherche d’actualité, comme : (i) Technologie de détection liée à l’électronique de spin/spintronique/magnonique, (ii) Dispositifs de détection pour les applications extrêmes (milieux biomédical, géosciences,..), (iii) Magnétométrie à haute sensibilité, (iv) Développement des dispositifs de détection électromagnétique (EM), (v) Réseaux de capteurs, capteurs communicants, etc. Ces (JTs) ont permis de discuter des dernières avancées dans le domaine avec les différentes communautés et l’industrie impliquée. Les présentations orales et posters étaient de haut niveau et scientifiquement représentatives et équilibrées. Elles représentaient, en totalité, quelques dizaines (~ 70) d’auteurs/co-auteurs de communications ou d’exposés et d’organismes de recherches distincts nationaux ou internationaux (CNRS, CEA, Universités, Centres de Recherches, DGA, Industrie, etc.). Ainsi, elles assuraient une palette représentative des prestations portant sur un large éventail de thèmes scientifiques et technologiques intéressant les participants.
Exposés invités :

  • Aktham Asfour (G2Elab-Grenoble), « Capteurs à Magnéto-Impédance Géante (GMI) : récents développements » (session plénière)
  • Olivier Klein (Spintech-Grenoble), « Building the « doped fiber  » for magnons with spin transfert torque to propagating spin-wave »
  • Nicolas Biziere (CEMES-Toulouse), « Influence de la structure des matériaux pour les applications en spintronique et magnonique »
  • Ursula Ebels (Spintech-Grenoble), « Spintorque driven excitations : Towards RF Wireless Communication »
  • Vianney Poiron (Gulplug-Grenoble) et Olivier Coutelou (Schneider Electric-Grenoble), « E-Cube : a self-powerded wireless sensor »
Faits marquants :
Le contour et l’étendue de ces JTs ont été fixés par le programme d’actions statutaires du GT3/ GDR Ondes CNRS 2451, inspirés par la « Mission pour l’interdisciplinarité » du CNRS et liés aux « Instruments aux limites », dans le cadre de besoins réels des capteurs innovants et de grandes performances, avec l’accent porté sur l’aspect innovant lié à l’électronique de spin, la spintronique et la magnonique. Il y avait 8 industriels ou semi-industriel présents, de type « start-up » ou bien confirmés (CNRS/Thales – lab. d’Albert Fert, prix Nobel de Physique en 2008, SPINTECH, par exemple).
Il est à rappeler que le GT3/GDR Ondes couvre plusieurs domaines, de la physique du capteur aux mathématiques appliquées, en passant par une modélisation fine du problème direct et par toutes les simulations numériques associées à la propagation d’ondes. Il se situe donc et tout naturellement au carrefour de plusieurs disciplines scientifiques.

Lire la suite

fiche bilan : Advanced theoretical and numerical methods for waves in structured media

Intitulé de l’évènement : Advanced theoretical and numerical methods for waves in structured media Dates : 13 et 14 mars 2018
Lieu : Institut Langevin (IPGP) et Jussieu (UPMC)
GTs impliqués : GT1 Partenariat hors GDR :
Mots clefs : modélisation des ondes, photonique, acoustique, numérique, mathématiques appliquées
# de participants :
91 (106 inscrits)
# de posters : 20 # de présentations orales : 26
Bref descriptif de l’évènement :

Le programme a proposé d’aborder les propriétés exotiques des ondes dans les nouvelles structures – comme les métamatériaux et les composants photoniques ou phononiques – notamment par le prisme du renouvellement des approches théoriques et numériques qu’elles demandent. Ces journées ont notamment été l’occasion de discuter des dernières avancées dans ces domaines avec les différentes communautés impliquées : électromagnétisme, acoustique, mécanique, mathématiques appliquées et numérique.

Bref bilan scientifique – grandes tendances :

Ces journées ont permis de rassembler les différentes communautés « modélisation numérique », « physique » et « mathématiques appliquées », mais aussi ondes acoustiques et électromagnétiques. Les exposés sollicités étaient équilibrés entre ondes électromagnétiques et acoustiques (mis à part les benchmarks essentiellement en photonique) et aussi entre chercheurs confirmés et jeunes (recrutés depuis moins de 10 ans). Une dizaine de posters (sur les 20) étaient présentés par des doctorants ou postdocs. Ces journées ont été un succès en terme de participation (plus de 90 présents) et la communauté de l’acoustique était bien représentée.

Lors des prochaines éditions, le travail sur les benchmarks numériques sera poursuivi, des exposés plus pédagogiques et plus simples seront encouragés, et une place plus importante sera réservée aux doctorants et postdocs avec par exemple une demi-journée organisée par eux et pour eux.

Exposés invités étrangers :

  • M. Wegener (KIT, Karlsruhe) : 3D chiral mechanical metamaterials
  • C. Geuzaine (University of Liège) : GetDP, Gmsh and ONELAB
  • R. Craster (Imperial College London) : Metamaterials for vibration control
  • J. Roman (Universitat Politècnica de València) : An overview of SLEPc
Faits marquants :

Les organisateurs ont sollicité 7 collègues afin qu’ils proposent des exemples de référence en photonique qui pourraient devenir (ou sont déjà pour certains) de véritables benchmarks numériques. Cette première étape sera poursuivie pour aboutir à des comparaisons de calculs avec différentes méthodes. L’objectif de moyen terme est de faire naître de nouvelles collaborations au sein de la communauté du GDR Ondes qui pourraient se concrétiser par des publications communes sur les benchmarks.

Lire la suite